Casamance : de PRIMOCA à PAPSEN image


Casamance : de PRIMOCA à PAPSEN

Le Programme PAPSEN, dans les régions de Sédhiou et de Kolda, a pour mission la consolidation de la coopération entre l'Italie et le Sénégal, commencé en 1989 avec le projet PRIMOCA. Ces deux programmes représentent les initiatives les plus importantes, dans le secteur du développement rurale, de la Coopération Italienne qui a investi en Casamance presque 100 millions d'euros à partir du 1989.

PRIMOCA a eu un rôle important dans le désenclavement de la région de Sedhiou et dans la réalisation des infrastructures de base. En plus la promotion des activités économiques, en particulier agricoles, renforcée par la création d'un réseau des services bancaires de la Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal (CNCAS), a contribuée à renforcer la sécurité alimentaire des populations. Ensuite d'autres projets ont ciblé des thèmes sectoriels jusqu'au projet Fond de Développement Local de Sédhiou qui est terminé en 2010.

Les régions de Sédhiou et Kolda restent caractérisées par un niveau élevé de pauvreté de la population en grande partie rurale et constituée de petits agriculteurs et éleveurs et de leurs familles à cause de l'insuffisance des revenus agricoles. L'insécurité alimentaire est causée par la baisse de la production du riz, cultivé par les femmes dans les vallées inondables, et par les limites dans le développement des cultures pluviales sur les plateaux.

Les causes sont à rechercher dans les systèmes de production qui n'arrivent pas à se innover vers formes plus performantes et dans le changement climatique qui a affecté la Casamance plus que les autre régions du Sénégal.

La réduction des superficies cultivées en riz, à cause de la salinisation et l'acidification des terres, a déstabilisé les systèmes traditionnels de production, la mécanisation agricole pour le riz et les cultures céréalières pluviales n'est pas diffusée et les filières céréalières souffrent pour le manque de semis et pour les contraints de la commercialisation vers le nord.

Bien que les régions de Sédhiou et de Kolda soient encore caractérisées par une pluviométrie considérable par rapport au nord du pays (autour de 1.000 mm/an de pluie), il a été registrée une baisse significative de la pluviométrie et séquences sèches des pluies non connues auparavant.

PAPSEN a pour objectif prioritaire l'augmentation des productions agricoles (et donc des revenus des populations rurales) par : l'aménagement des vallées pour le riz; la réalisation des nouveaux périmètres maraichers irrigués; la fourniture de semences, engrais et équipements pour la mécanisation agricole; la réhabilitation et la construction de pistes rurales; la réalisation de projets sociocommunautaires et la formation des agriculteurs et des administrateurs des collectivités locales.

La stratégie de utiliser un approche participatif permettra de impliquer au même temps dans le processus décisionnel (de la formulation des plans de développement local et le renforcement des capacités à la réalisation des activités de terrain) les collectivités locales, la société civile, les services régionaux, le système de la recherche agro-alimentaire et la Unité de gestion du programme.

PAPSEN, par ses objectifs ambitieux, représente la continuation de PRIMOCA par sa vision d'un développement rural intégral soutenable et à mesure des défis qui confronte la Casamance.